« Toute œuvre d’art est l’enfant de son temps et, bien souvent, la mère de nos sentiments. »
(Kandinsky, Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier)

« Peindre, c’est oublier Descartes. »
(Moi)

Née au XXe siècle, j’ai déjà vécu 6 vies et ne veux pas manquer la 7ème.

C’est la raison de mon engagement actuel dans la peinture

Alors que mon père voulait que je sois avocate, et ma mère artiste j’ai, en bonne fille, fait des études de droit, ce qui m’a menée… sur le Viaduc de Millau, mais en cours de construction.

Ainsi j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les cours de droit civil, commercial, administratif et les sciences politiques à Assas, Aix-en-Provence et la Sorbonne, mais j’ai toujours préféré admirer l’effet des nuages sur la Lune plutôt que mon patron.

Je suis aujourd’hui avocate, mais je fais aussi l’ « Artiste » car j’ai sauté du Viaduc. Et je n’ai jamais oublié ce que ma mère m’avait dit : « Tu devrais faire les Beaux-Arts, ma fille… ».

Il fallait oublier Descartes.

C’est alors qu’après avoir suivi des stages de dessin et peinture aux Beaux Arts et à l’Atelier du Passage, j’ai finalement, depuis trois ans – et pour longtemps – posé mes pinceaux, ma blouse et mes tubes de couleurs chez Claire Arnal à l’atelier « Oh les Beaux Jours », rue des Goncourt, à Paris.

J’ai enfin trouvé ma voie… c’est la rue des Goncourt.

Les toiles présentées sur ce site ont presque toutes été réalisées dans cet atelier.